Euler et la navigation

Conférence de Monsieur Jean Dhombres, professeur d’histoire des sciences au Centre Alexandre Koyré, CNRS, à Paris.
Arrivé à Saint-Pétersbourg parce qu'il ne trouvait pas de poste à Bâle, Euler doit s'intéresser aux chantiers navals de la ville assez récemment fondée par Pierre le Grand. Il se met à calculer, selon son habitude. Et trouve, en approfondissant des résultats d'Archimède, et en usant du calcul intégral aussi bien que du calcul différentiel, la façon d'exprimer la stabilité d'un vaisseau. Il ne pourra publier qu'assez tard, et quelques années après qu'un autre savant, Pierre Bouguer, ait écrit sur le même sujet. Cet exemple nous permet de comprendre comment Euler invente en mathématiques et en physique, et en particulier comment il travaille les quantités infinitésimales: c'est d'autant plus intéressant qu'il explique son processus de pensée, sans faire appel à des théories déjà élaborée. C'est un Euler pédagogue que nous devons rencontrer.
 

 

Euler et la construction des bateaux

Monsieur Andréas Kindlimann, architecte naval chez MW Line, a présenté les implications des travaux d’Euler dans la construction des bateaux d’aujourd’hui. M. Andréas Kindlimann est l’architecte du SUN 21, premier bateau solaire à avoir traversé l’Atlantique (mai 2007).


 

 

Texte de la conférence dans la brochure (6 pages).

 


Comment un bateau sera-t-il capable de tenir la mer ?

Et quand le navire est instable, comme le Vasa ?

Leonhard Euler fut sans doute l'un des fondateurs de l’architecture navale moderne. Si les scientifiques Huygens et Pascal ont ouvert la voie dans la redécouverte de l’ancien savoir-faire d’Archimède avec des méthodes nouvelles, c’est pourtant à Euler que revient l’essentiel des fondements de l’hydrostatique et de l’hydrodynamique.

         
    Documents préparés pour l'atelier